Quelque Chose de Pourri… Il y a quelque chose de pourri au Royaume de Montréal


Money the root of all evil?

Money the root of all evil?

If you think so, then read this, a speech from Atlas shrugged, from the character Francisco D'Aconia, on the eve of the Quebecelection, where we will hear all the leftist take on capitalism being evil, except for the PCQ, all parties in quebec believe money to be evil.

So you think that money is the root of all evil?” said Francisco d’Anconia. “Have you ever asked what is the root of money? Money is a tool of exchange, which can’t exist unless there are goods produced and men able to produce them. Money is the material shape of the principle that men who wish to deal with one another must deal by trade and give value for value. Money is not the tool of the moochers, who claim your product by tears, or of the looters, who take it from you by force. Money is made possible only by the men who produce. Is this what you consider evil?

“When you accept money in payment for your effort, you do so only on the conviction that you will exchange it for the product of the effort of others. It is not the moochers or the looters who give value to money. Not an ocean of tears not all the guns in the world can transform those pieces of paper in your wallet into the bread you will need to survive tomorrow. Those pieces of paper, which should have been gold, are a token of honor–your claim upon the energy of the men who produce. Your wallet is your statement of hope that somewhere in the world around you there are men who will not default on that moral principle which is the root of money, Is this what you consider evil?

“Have you ever looked for the root of production? Take a look at an electric generator and dare tell yourself that it was created by the muscular effort of unthinking brutes. Try to grow a seed of wheat without the knowledge left to you by men who had to discover it for the first time. Try to obtain your food by means of nothing but physical motions–and you’ll learn that man’s mind is the root of all the goods produced and of all the wealth that has ever existed on earth.

“But you say that money is made by the strong at the expense of the weak? What strength do you mean? It is not the strength of guns or muscles. Wealth is the product of man’s capacity to think. Then is money made by the man who invents a motor at the expense of those who did not invent it? Is money made by the intelligent at the expense of the fools? By the able at the expense of the incompetent? By the ambitious at the expense of the lazy? Money is made–before it can be looted or mooched–made by the effort of every honest man, each to the extent of his ability. An honest man is one who knows that he can’t consume more than he has produced.’

“To trade by means of money is the code of the men of good will. Money rests on the axiom that every man is the owner of his mind and his effort. Money allows no power to prescribe the value of your effort except the voluntary choice of the man who is willing to trade you his effort in return. Money permits you to obtain for your goods and your labor that which they are worth to the men who buy them, but no more. Money permits no deals except those to mutual benefit by the unforced judgment of the traders. Money demands of you the recognition that men must work for their own benefit, not for their own injury, for their gain, not their loss–the recognition that they are not beasts of burden, born to carry the weight of your misery–that you must offer them values, not wounds–that the common bond among men is not the exchange of suffering, but the exchange of goods. Money demands that you sell, not your weakness to men’s stupidity, but your talent to their reason; it demands that you buy, not the shoddiest they offer, but the best that your money can find. And when men live by trade–with reason, not force, as their final arbiter–it is the best product that wins, the best performance, the man of best judgment and highest ability–and the degree of a man’s productiveness is the degree of his reward. This is the code of existence whose tool and symbol is money. Is this what you consider evil?

“But money is only a tool. It will take you wherever you wish, but it will not replace you as the driver. It will give you the means for the satisfaction of your desires, but it will not provide you with desires. Money is the scourge of the men who attempt to reverse the law of causality–the men who seek to replace the mind by seizing the products of the mind.

“Money will not purchase happiness for the man who has no concept of what he wants: money will not give him a code of values, if he’s evaded the knowledge of what to value, and it will not provide him with a purpose, if he’s evaded the choice of what to seek. Money will not buy intelligence for the fool, or admiration for the coward, or respect for the incompetent. The man who attempts to purchase the brains of his superiors to serve him, with his money replacing his judgment, ends up by becoming the victim of his inferiors. The men of intelligence desert him, but the cheats and the frauds come flocking to him, drawn by a law which he has not discovered: that no man may be smaller than his money. Is this the reason why you call it evil?

“Only the man who does not need it, is fit to inherit wealth–the man who would make his own fortune no matter where he started. If an heir is equal to his money, it serves him; if not, it destroys him. But you look on and you cry that money corrupted him. Did it? Or did he corrupt his money? Do not envy a worthless heir; his wealth is not yours and you would have done no better with it. Do not think that it should have been distributed among you; loading the world with fifty parasites instead of one, would not bring back the dead virtue which was the fortune. Money is a living power that dies without its root. Money will not serve the mind that cannot match it. Is this the reason why you call it evil?

“Money is your means of survival. The verdict you pronounce upon the source of your livelihood is the verdict you pronounce upon your life. If the source is corrupt, you have damned your own existence. Did you get your money by fraud? By pandering to men’s vices or men’s stupidity? By catering to fools, in the hope of getting more than your ability deserves? By lowering your standards? By doing work you despise for purchasers you scorn? If so, then your money will not give you a moment’s or a penny’s worth of joy. Then all the things you buy will become, not a tribute to you, but a reproach; not an achievement, but a reminder of shame. Then you’ll scream that money is evil. Evil, because it would not pinch-hit for your self-respect? Evil, because it would not let you enjoy your depravity? Is this the root of your hatred of money?

“Money will always remain an effect and refuse to replace you as the cause. Money is the product of virtue, but it will not give you virtue and it will not redeem your vices. Money will not give you the unearned, neither in matter nor in spirit. Is this the root of your hatred of money?

“Or did you say it’s the love of money that’s the root of all evil? To love a thing is to know and love its nature. To love money is to know and love the fact that money is the creation of the best power within you, and your passkey to trade your effort for the effort of the best among men. It’s the person who would sell his soul for a nickel, who is loudest in proclaiming his hatred of money–and he has good reason to hate it. The lovers of money are willing to work for it. They know they are able to deserve it.

“Let me give you a tip on a clue to men’s characters: the man who damns money has obtained it dishonorably; the man who respects it has earned it.

“Run for your life from any man who tells you that money is evil. That sentence is the leper’s bell of an approaching looter. So long as men live together on earth and need means to deal with one another–their only substitute, if they abandon money, is the muzzle of a gun.

“But money demands of you the highest virtues, if you wish to make it or to keep it. Men who have no courage, pride or self-esteem, men who have no moral sense of their right to their money and are not willing to defend it as they defend their life, men who apologize for being rich–will not remain rich for long. They are the natural bait for the swarms of looters that stay under rocks for centuries, but come crawling out at the first smell of a man who begs to be forgiven for the guilt of owning wealth. They will hasten to relieve him of the guilt–and of his life, as he deserves.

“Then you will see the rise of the men of the double standard–the men who live by force, yet count on those who live by trade to create the value of their looted money–the men who are the hitchhikers of virtue. In a moral society, these are the criminals, and the statutes are written to protect you against them. But when a society establishes criminals-by-right and looters-by-law–men who use force to seize the wealth of disarmed victims–then money becomes its creators’ avenger. Such looters believe it safe to rob defenseless men, once they’ve passed a law to disarm them. But their loot becomes the magnet for other looters, who get it from them as they got it. Then the race goes, not to the ablest at production, but to those most ruthless at brutality. When force is the standard, the murderer wins over the pickpocket. And then that society vanishes, in a spread of ruins and slaughter.

“Do you wish to know whether that day is coming? Watch money. Money is the barometer of a society’s virtue. When you see that trading is done, not by consent, but by compulsion–when you see that in order to produce, you need to obtain permission from men who produce nothing–when you see that money is flowing to those who deal, not in goods, but in favors–when you see that men get richer by graft and by pull than by work, and your laws don’t protect you against them, but protect them against you–when you see corruption being rewarded and honesty becoming a self-sacrifice–you may know that your society is doomed. Money is so noble a medium that is does not compete with guns and it does not make terms with brutality. It will not permit a country to survive as half-property, half-loot.

“Whenever destroyers appear among men, they start by destroying money, for money is men’s protection and the base of a moral existence. Destroyers seize gold and leave to its owners a counterfeit pile of paper. This kills all objective standards and delivers men into the arbitrary power of an arbitrary setter of values. Gold was an objective value, an equivalent of wealth produced. Paper is a mortgage on wealth that does not exist, backed by a gun aimed at those who are expected to produce it. Paper is a check drawn by legal looters upon an account which is not theirs: upon the virtue of the victims. Watch for the day when it bounces, marked, ‘Account overdrawn.’

“When you have made evil the means of survival, do not expect men to remain good. Do not expect them to stay moral and lose their lives for the purpose of becoming the fodder of the immoral. Do not expect them to produce, when production is punished and looting rewarded. Do not ask, ‘Who is destroying the world? You are.

“You stand in the midst of the greatest achievements of the greatest productive civilization and you wonder why it’s crumbling around you, while you’re damning its life-blood–money. You look upon money as the savages did before you, and you wonder why the jungle is creeping back to the edge of your cities. Throughout men’s history, money was always seized by looters of one brand or another, whose names changed, but whose method remained the same: to seize wealth by force and to keep the producers bound, demeaned, defamed, deprived of honor. That phrase about the evil of money, which you mouth with such righteous recklessness, comes from a time when wealth was produced by the labor of slaves–slaves who repeated the motions once discovered by somebody’s mind and left unimproved for centuries. So long as production was ruled by force, and wealth was obtained by conquest, there was little to conquer, Yet through all the centuries of stagnation and starvation, men exalted the looters, as aristocrats of the sword, as aristocrats of birth, as aristocrats of the bureau, and despised the producers, as slaves, as traders, as shopkeepers–as industrialists.

“To the glory of mankind, there was, for the first and only time in history, a country of money–and I have no higher, more reverent tribute to pay to America, for this means: a country of reason, justice, freedom, production, achievement. For the first time, man’s mind and money were set free, and there were no fortunes-by-conquest, but only fortunes-by-work, and instead of swordsmen and slaves, there appeared the real maker of wealth, the greatest worker, the highest type of human being–the self-made man–the American industrialist.

“If you ask me to name the proudest distinction of Americans, I would choose–because it contains all the others–the fact that they were the people who created the phrase ‘to make money.’ No other language or nation had ever used these words before; men had always thought of wealth as a static quantity–to be seized, begged, inherited, shared, looted or obtained as a favor. Americans were the first to understand that wealth has to be created. The words ‘to make money’ hold the essence of human morality.

“Yet these were the words for which Americans were denounced by the rotted cultures of the looters’ continents. Now the looters’ credo has brought you to regard your proudest achievements as a hallmark of shame, your prosperity as guilt, your greatest men, the industrialists, as blackguards, and your magnificent factories as the product and property of muscular labor, the labor of whip-driven slaves, like the pyramids of Egypt. The rotter who simpers that he sees no difference between the power of the dollar and the power of the whip, ought to learn the difference on his own hide– as, I think, he will.

“Until and unless you discover that money is the root of all good, you ask for your own destruction. When money ceases to be the tool by which men deal with one another, then men become the tools of men. Blood, whips and guns–or dollars. Take your choice–there is no other–and your time is running out.”


Le capitalisme, vous êtes contre? mais vous ne savez pas ce qu’est le capitalisme?

Le capitalisme, vous êtes contre? mais vous ne savez pas ce qu'est le capitalisme?

Il n'y a fondamentalement que deux manières de coordonner les activités économiques de millions de personnes. La première est la direction centralisée, qui implique l'usage de la coercition : c'est la technique de l'armée et de l'Etat totalitaire moderne.
La seconde est la coopération volontaire des individus : c'est la technique du marché. La possibilité d'une coordination assurée grâce à la coopération volontaire repose sur cette proposition élémentaire -- quoique fréquemment niée -- que, dans une transaction économique, les deux parties sont bénéficiaires, pourvu que cette transaction soit bilatéralement volontaire et informée. Une coordination sans coercition peut par conséquent être le produit de l'échange. Le modèle d'une société organisée grâce à l'échange volontaire est l'économie libre de l'échange et de l'entreprise privée, c'est-à-dire ce que nous avons appelé le capitalisme.


Fausse représentation, ou comment mentir pour cacher son jeu

Fausse représentation, ou comment mentir pour cacher son jeu

Il ne faut pas se tromper, ce mouvement n'est étudiant que de nom, c'est un mouvement usurper par les syndicats encourager et nourris par eux. Dans les conneries que j'ai entendues hier, un étudiant qui disait qu'il en avait assez de l'austérité du gouvernement, wow juste wow, on est grec et pas a peut prêt, on est a des années-lumière d'une quelconque austérité. En fait cela nous amène a nous poser la question, il apprend quoi ces jeunes a l’école? Poser la question c'est y répondre, si votre enfant est a l'école prenez le temps de lire leur manuel scolaire, j'ai été choqué de texte utiliser pour le français, des textes genre socialement responsable et éco responsable, Marois a permis aux socialistes de mettre plein pied dans l'éducation. Supporter par l’alliance sociale, un ramassis de groupe communautaire et des syndicats. Une quasi aile de QS, le PQ semble perdre lentement les syndicats qui trouve un allier en QS suffisamment radical, allant dans le sens de leur radicalisation.
La source de cette radicalisation a comme origine les US et Chicago plus particulierement. C’est la culmination des mouvements communautaires anarchistes communistes créer et developper par Alinski. Ou une nouvelle définition des valeurs occidentales sont utiliser, inverser de leur sens pour miner ces mêmes valeurs occidentales. Et à entendre les commentaires de certains étudiant qui paraisse complètement déconnecter de la réalité, on voit l’exemple parfait de ce mouvement.
Alors que l’ont croyais que personne saine d’esprit ne pouvais considérer le socialisme comme une option valables, il semble être revenu en force malgré 140 ans d’échec et d’innombrable cadavre victime de ce mouvement politique. Encore une fois socialisme est repris par les Amir Khadir et GND et autre personnalité publique en Amérique du Nord. De leur bouche le mot liberté n’a pas la même signification, en fait il faut en avoir peur. Car quand un Amir Khadir déplore que le gouvernement socialiste et progressiste arriver au pouvoir selon la volonté du peuple afghan, fut renverser par des extrémistes régressifs, il faut en fait lire gouvernement communiste imposer par l’invasion de l’armée soviétique suite a un coup d’État organiser par le KGB, fut renverser par des tribus fortement anti communiste, pour Khadir c’est un drame. On voit que pour lui Socialisme = Communisme, spécialiste du détournement du sens des mots.
Le plus étonnant est de voir à quels points les médias traditionnels nient cette possibilité, qui selon eux n’est que fabulation. Il suffit de lire les mots, les intentions prononcer par les divers groupes intervenants dans ce conflit, pour comprendre. Les médias n’y croit pas, car ils perçoivent cela comme seulement des envolées lyriques de ces groupes, possible, mais possible aussi que le pied de la lettre soit ce qu’il croit fermement et qu’il soit prêt à l’imposer. On le voit les syndicats sont partie prenante dans ce conflit, et supporte ces groupes anarchiste, il signifie une forte radicalisation des syndicats québécois, qui étais déjà fortement radicaux. Cela n’augure rien de très bon, et les médias traditionnels sont en train de passer par-dessus un changement clef au Québec, car trop préoccuper a défendre le système en place. La pensée unique. La seule grâce ce sont les divers blogueurs qui disséminent cette information, plusieurs d’entre eux le font de façon rigoureuse, documenter avec source. De ceux-ci, je vous recommande antagoniste.net.
Source, entrevue de Khadir avec Dominique Maurais. L’influence d’Alinski se retrouve dans plusieurs groupes faisant la promotion de ces tactiques auprès des syndicats au Canada et aux US


Course vers le fond du baril

Course vers le fond du baril

Une étude des HEC publier ce matin dans la presse sous le texte de Martin Coiteux article ici , révèle que le Québec est dans une course pour le fond du baril au Canada, nous allons bientôt êtres la province la plus pauvre. 40 ans de socialisme et de contrôle syndical, donne ce résultat. Je me retrouve toujours dans mes discussions avec des étatistes, ou socialistes qui ont une compréhension économique nulle,qui pense que toute solution devrait venir de l'état, et le privé est la peste sont synonyme. 30 ans à enseigner des cours d'économie au secondaire qui affirme que la main invisible d'Adam Smith doit être guidée, pour finalement ne même plus enseigner la base des concepts économique.
Non je ne me surprends pas de ce résultat, je me surprends que des gens en soit surpris. Comme le disait Tatcher, le socialisme est bon à appauvrir les gens, l'écart de richesse par la pauvreté.
Je vous suggère de lire Frédéric Bastiat "La loi", ceci au moins vous fera réfléchir sur l'état et ces fonctions. Il est temps de remettre en question la prémisse que l'état est la solution. Sinon le Québec continuera sa descente aux enfers.


C-10 ou comment la gauche est déconnectée.

C-10 ou comment la gauche est déconnectée.

On assiste, depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement majoritaire conservateur à des montées de lait en succession de l'élite gauchiste québécoise. Toute action des conservateurs est attaquée de façon irrationnelle et personnelle, qualificatif et injures.

Un bel exemple est le traitement réserver au sénateur Boisvenu, attaque sur son statut de sénateur non élu, supposément ce statut ne lui donne pas droits de parole, critique venant d'un journaliste non élu, quand l'absurde ne tue pas.

Un fil commun se dégage dans ces attaques, l'artillerie lourde est utilisée. La description de l'impact de ce projet et de son étendue est faite avec tellement d'exagération, que cela devient carrément mensonger, à moins que ces gens soient ignares et incapables de lire ce qu'un projet loi fait réellement. Une même attitude a prévalu pour décrire ce qu'allait être un gouvernement majoritaire, tellement exagérer que cela tombe dans le monde des histoires à dormir debout.
Pourquoi la gauche au Québec est-elle si opposée à débattre. Malheureusement ceci est typique des débats au Québec, l'ennemi ne doit pas juste être défait, il doit être exterminé.
Pour revenir sur le durcissement des peines proposer, la majorité des Québécois sont pour, mais leur élite gauchiste est farouchement opposée et tente de dépeindre les conservateurs comme l'ennemi du Québec. Pourtant il nous représente mieux que cette élite qui nous étouffe depuis si longtemps.
On peut dire bien des choses conservatrices, mais une chose est claire et limpide il livre TOUT ce qu'ils ont promis, mots à mots. Je ne me souviens pas d'un politicien québécois ayant fait cela, en fait ils font pire, ils nous ont livré ce que nous ne voulons pas, laxisme envers les criminels, justice en état de déroute. Ceci fait par manque de procureur, une surcharge de ceux-ci, menant à un taux de conviction le plus bas au pays.
Dans la province du "no fault"

Absolu les criminels sont des victimes de la société, ils ne sont jamais responsables, et si un citoyen prend la loi entre ces mains par dépit face à l'inaction de la justice, lui par contre est un criminel.
Aujourd'hui et hier, plusieurs journalistes on commencer à venir à la défense du sénateur Boisvenu, du presque jamais vu, le Québec commence-t-il a s'affranchir de cette élite bienpensante qui insiste à nous materniser et nous forcer dans leurs droits chemins?
Seul le temps nous le dira.


Voici pourquoi le Québec sera dans le trou longtemps…

Voici pourquoi le Québec sera dans le trou longtemps...

En lisant l'excellent blogue de David Gagnon, son dernier texte sur la répartition de la taxation au Québec http://www.antagoniste.net/2010/11/30/vache-a-lait
On comprend rapidement que la situation au Québec va prendre du temps à se corriger. Bref 60% de la population paie 8.6% de taxe, ceci on revenu inférieur a 32 591$, ce qui signifie que 60% de la population n'a pas intérêt a ce que l'impôt baisse, a ce que les services soient coupés, a ce que le gouvernement dépense moins. Pire 20% de la population ont un revenu supérieur à 51 056$, et il paie 70% des impôts.

Est-ce que ces chiffres vous donnent une idée à quels points, la situation est intenable? Avez-vous l'impression de vous faire manger la laine sur le dos? Et bien c'est bels et bien le cas.  Et cela démontre a quel point dépenser sur des programmes gouvernementaux, et l'interventionnisme du gouvernement depuis plus de 40 ans, n'a pas enrichi les Québécois, il nous on appauvri. Certain verrons une justification pour plus d'intervention du gouvernement, car il y a beaucoup de gens a faible revenu, mais il faut voir l'évolution de cette chute relier directement a la surrèglementation et l'interventionnisme du Québec, de la syndicalisation ardente et que l'investissement a combattre la pauvreté n'a qu'empiré les choses. La gauche aime toujours rire de certains états américains du "deep south" (Lousiane, Tenessee), mais tout ce qu'ils ont réussi est de nous rapprocher de plus en plus de leur pauvreté, en fait tout cet interventionnisme nous fait chuter en bas des maritimes.

On dit que l'Alberta a le pétrole ce qui explique leur richesse et rien d'autre, on argumente que ce n'est certes pas leur gouverne plus à droite qui en est la cause, sauf que l'on oublie que l'on vie grassement de l'électricité subventionner, et que l'on a pas mal de revenue provenant de celui-ci.

Si vous voulez du changement, regarder du coté de Liberte Québec qui tiendra le 23 avril un évènement a Montréal pour revigorer la droite, ou les valeurs plus libertariennes, je suis libertarien, mais je rejoins certaine position tenue par la droite, il est temps au Québec que la droite s'annonce pour ramener le balancier sur un axe plus rationnel.

Inscrivez-vous http://www.liberte-quebec.ca/index.html et je vous recommande fortement de lire David Gagnon pour l'information économique détailler qu'il nous présente, jour après jour.


FLQ les victimes… mon cul.

FLQ les victimes… mon cul.

On assiste à un bel exemple de réinvention de l’histoire, le criminel devient la victime. Dans le cas qui nous intéresse, le FLQ est presque absout de leurs actes et crimes par la presse québécoise, la loi des mesures de guerre avec Trudeau et le Canada devienne les nouveaux criminels.

Ma réponse est simple, voici la liste des personnes assassiner par les criminels du FLQ :
Wilfred Vincent O'Neil, garde de nuit, 20 avril 1963
Leslie MacWilliams, 19 avril 1964
Thérèse Morin, 5 mai 1965
Jeanne St Germaine,  23 juin 1970
Sgt. Major Walter Leja blesser grièvement en tentant de désamorcer une bombe du FLQ (1963), il reste dans le coma jusqu’à sa mort en 1992.
Pierre Laporte, 17 octobre 1970

Nombre de personnes torturer ou assassiner par l’armée ou la police durant la période d’imposition des mesures de guerre : Aucune.

Bref on tente d’assassiner 2 fois ces victimes de terrorisme nationaliste québécois, et la presse francophone en est complice.

Quelle honte, souvenez-vous qu’il nous dise.


La bananisation du Québec

La bananisation du Québec

Bananisation du Québec, ça veut dire quoi? C'est dire que la génération de politicien que nous avons actuellement nous mène sur le chemin de la république de bananes.
Quand un ministre passe une loi, et émet des directives a son ministère qui vont tellement a l'encontre des droits fondamentaux, qu'un juge la varlope sans retenue. Tu t'attends a ce que ce ministre soit crucifié sur la place publique. Mais la réalité au Québec est tout autre, la ministre Manon Courchesne a immédiatement dit qu'elle irait en appel, Charest appuie sa ministre, Pauline Marois applaudis la démarche, certains journaliste applaudisse et varlope le système judiciaire, bref on se croirait au Zimbabwe de Robert Mugabe. Le judiciaire n'est qu'un obstacle a leurs yeux et rien d'autre. Ils imaginent qu'ils doivent êtres seuls a décider de ce qui est permis, droits individuels pfft, quelle honte. Dieu merci a la charte des droits, avec de tels clowns ce n'est que question de temps avant qu'il ne convainque la masse de mouton, que la charte est un outil d'oppression anglaise. Jean Charest n'a pas de conviction que j'admire, il est sans vertus, rien d'autre n'existe pour lui que le jeu politique, il vendrait ces enfants si cela lui donnait quelques points de plus dans une élection. Le parti Liberal n'a de libéral que le nom, la liberté il ne connaisse plus. Le pire est que je ne vois aucun autre parti défendant ces droits et le respect du pouvoir judiciaire. Le PQ est le pire, surtout depuis Parizeau, il mine le pouvoir judiciaire à toutes les chances qu'ils ont. L'ADQ? Aucune idée Québec solidaire ... je ris, car ils sont encore pires que le PQ sur cet aspect.

Diminuer le système judiciaire était l'arme de l'aile extrémiste du mouvement nationaliste, Parizeau ayant pris leur direction, suivi de Landry, le parti libéral était un élément modérateur. Plus maintenant, pas avec Charest.

Bon je pense que vais regarder a acheter une ile dans le sud et passer outre le contrôle des prix des bananes qui est sur d'arriver :)

En passant la cause en question est une décision contre le nouveau dogme le sécularise. Ce sont les nouvelles soutanes du Québec.


La désillusion triste..

La désillusion triste..

Je me fais un plaisir de lire le blogue No Dogs or Anglophones http://nodogsoranglophones.blogspot.com/ discussion intéressante, parfois a coté de la track, mais bien balancer sur l'aspect de la couverture des extrémistes de la langue au Québec. Ceci étant dit, il semble que les cerveaux au Québec s'insurgent que l'anglais ne soit pas parlé à l'église... oui oui vous avez bien lu... ah vous vous dites que personne ne penserais brimer la sacrosainte liberté de religion... surtout pas genre un journaliste... vous auriez tort,  rencontrer Hélène Pelletier-Baillargeon et son génie http://bit.ly/9FfMgS donc a la lecture de celui-ci on peut conclure que la loi 101 est le droit ultime, il passe par-dessus tout autre droit. Dommage que la charte des droits ne le dis pas, typique de notre village, le modus operandi de la frange nationaliste a toujours été d’inspirer le mépris envers les cours judiciaires. Leur discours ne protège jamais les droits qui vont contre leur idée, ils sont les nouvelles chemises brunes d'Adrien Arcand http://bit.ly/aoUXnw.


Et ça recommence …

Et ça recommence ...

Mr. Charest en remet, loi 103 qui tente d'apaiser les purs et durs de la langue française.
À chaque fois une levée de boucliers se produit et utilise les mêmes préjuger, et de par l'utilisation de ces préjugé, l'ont démontre que ce n'est pas tant la langue que l'on protège, mais l'anglais que l'ont hais.
Cette haine est tellement évidente, toujours présente et toujours camoufler sous le bouclier de la défense du français.
On entend souvent cet argument:
Les Anglais ici sont choyés par rapport au francophone hors Québec...
Hmm sophisme (déflexion, mensonge) donc on brime, mais pas autant qu'ailleurs alors ces ok.
Cet argument ne tient pas, mais on l'entend toujours.
Cet argument discute d'une injustice ailleurs et non du geste,poser ici, bref cela admet qu'il y a injustice commise ici. À quand une réaction normale et saine. Je sais je rêve, un jour peut-être le Québec aura grandi.